Astuces

Les planètes naissent avant même que leur étoile n’ait terminé leur formation

Publié par 3VG

[ad_1]

Une nouvelle image d’Alma montre que le disque autour de la protoétoile IRS 63 est constitué d’anneaux séparés par des lacunes. Cela montre que les planètes commencent à se former alors que l’étoile est encore en train de croître.

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] La vie et la mort d’une étoile et de ses planètes
  Cette vidéo avec des animations retrace les grandes étapes de la naissance et de la vie d’une étoile similaire au Soleil, entourée d’un cortège planétaire jusqu’à sa mort, en reprenant justement le cas du Système solaire. On peut distinguer sept étapes déjà parcourues ou qui restent à parcourir dans son cas, comme le montrent les images de synthèse avec des commentaires en anglais. 

Alma, l’Atacama Large Millimeter/submillimeter Array, continue de nous surprendre avec ses incroyables images de jeunes systèmes planétaires. Aujourd’hui, c’est IRS 63, situé à 470 années-lumière de nous dans le nuage interstellaire dense L1709, dans la constellation d’Ophiuchus, qui a été examiné grâce au radiotélescope installé au Chili. IRS 63 est une jeune protoétoile encore emmaillotée dans une grande et massive enveloppe de gaz et de poussières dont elle et son disque se nourrissent.

En étudiant ce système, une équipe internationale de scientifiques dirigée par Dominique Segura-Cox, de l’Institut Max-Planck de physique extraterrestre (MPE), en Allemagne, a trouvé des indices convaincants que les planètes commencent à se former alors que les étoiles sont encore en train de croître. L’image à haute résolution obtenue avec Alma montre un jeune disque autour d’IRS 63 avec de multiples lacunes et anneaux de poussières. Ce nouveau résultat, tout juste publié dans Nature, montre l’exemple le plus jeune et le plus détaillé d’anneaux de poussières où se forment des planètes.

Des planètes qui grandissent en même temps que leur étoile

Des anneaux de poussières ont déjà été détectés en grand nombre dans des systèmes âgés de plus d’un million d’années, là où les protoétoiles ont fini de rassembler la majeure partie de leur masse. Cependant, IRS 63 a moins de 500.000 ans et la protoétoile va encore croître considérablement en masse. Jusqu’à présent, on pensait que les étoiles se formaient d’abord et que les planètes ne venaient qu’après. « Mais maintenant, nous voyons que les protoétoiles et les planètes grandissent et évoluent ensemble depuis les temps les plus reculés, comme des frères et sœurs », explique Segura-Cox.

Les planètes sont confrontées à de sérieux obstacles au cours des premières étapes de leur formation. Elles doivent se développer à partir de minuscules particules de poussière, plus fines que celles qu’on trouve dans nos maisons. Cependant, même après que la poussière s’agglomère pour former un embryon de planète, la planète encore en formation pourrait spiraler vers l’intérieur du système et finir consumée par la protoétoile centrale. Si les planètes commencent à se former très tôt et à grande distance de la protoétoile, elles peuvent mieux survivre à ce processus.

Un aperçu de la formation du Système solaire

L’équipe de chercheurs a découvert qu’il y avait environ une demi-masse jovienne (environ 150 masses terrestres) de poussières dans le disque d’IRS 63 à plus de 20 unités astronomiques de son centre (une distance similaire à l’orbite d’Uranus dans le Système solaire). Le gaz, lui, pourrait représenter jusqu’à 100 fois plus de matière. Il faut au moins une dizaine de masses terrestres de matière solide pour former un noyau planétaire qui accrétera efficacement du gaz et formera une planète gazeuse géante. Jaime Pineda, membre de l’équipe du MPE et coauteur de l’étude, invite donc à se concentrer sur les systèmes les plus jeunes pour vraiment comprendre la formation des planètes. Dans notre propre système solaire, il est de plus en plus probable que Jupiter s’est formé au-delà de l’orbite actuelle de Neptune, puis a migré vers l’intérieur jusqu’à son emplacement actuel. De même, la poussière entourant IRS 63 montre qu’il y a suffisamment de matière loin de la protoétoile et à un stade suffisamment peu avancé pour qu’il y ait une chance que cet analogue du Système solaire forme des planètes de façon similaire.

« La taille du disque est très similaire à celle de notre propre Système solaire, explique Segura-Cox. Même la masse de la protoétoile est juste un peu inférieure à celle de notre Soleil. L’étude de ces jeunes disques formant des planètes autour de protoétoiles peut nous donner des informations importantes sur nos propres origines. »

Ce qu’il faut retenir

  • Le radiotélescope Alma a pris une image à haute résolution du disque entourant la jeune protoétoile IRS 63.
  • Cette protoétoile, âgée de moins de 500.000 ans, est encore en train de croître, mais son disque montre déjà des anneaux et des lacunes.
  • Cette observation est le signe que des planètes sont déjà en train de s’y former, avant même que l’étoile ait fini sa propre formation.

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

[ad_2]

Crédit

A propos du rédacteur

3VG

Laissez un commentaire sur doingbuzz